As de coeur

Bienvenue à bord!

Bienvenue sur ce site qui raconte nos péripéties lacustres depuis la rénovation (2012) de notre bateau à voile en bois d’acajou moulé, l’As de Cœur, un magnifique Macareux construit en 1979 par René Luthi.

A la base, aucun de nous ne savait ni naviguer ni réparer un batal (un batal, des bateaux). L’intention était de réparer le pont, anciennement en teck et très abîmé, et les quelques dégâts de la coque. On en a finalement fait bien plus… L’idée de ce blog était donc de partager notre aventure et de vous montrer les différentes étapes de la rénovation par lesquelles nous sommes passés!

Depuis quelques temps, le travail de chantier est fini et l’As de Cœur est à flot, sur le lac Léman, autrement nommé Lac des pirates de G’nève! Nous continuons à publier nos aventures, dont la désormais importante recherche pour Le bestiaire des animals du lac de G’nève et des villages autour.

L’équipage

 

2-1 pour les marins!

Sortie épique de ce vendredi 9 mai…

Pour commencer, l’arrivée de Rebecca et Yvan sur le ponton coïncide avec le bain involontaire du beau destrier de Frédéric… repêché en 2 lancés d’étau. Eh oui, on a du inventer un crochet et ça a fonctionné à merveille!

Ensuite très TRÈS belle traversée au portant direction Versoix. La bascule de vent ayant eu lieu au moment de la sortie du port, la montée de la GV a été assez sportive, mais ensuite, on a cavalé à 9-10 noeuds…. donc 15 minutes plus tard, on fait deux virements pour revenir et on prend deux ris. Le tanga de génois nous donne encore trop de puissance et on enfourne dans une vague. Rebecca tombe… dans le cockpit, mais ça aurait pu être moins drôle. Sa cheville s’en souviendra quelques temps ;-(

On continue avec un string dans des rafales à 60km/h en direction du bercail… ça commence à sentir le gaz… ou le diesel. Bon. Devant le port, on rentre le bazar et là le moteur fait kof kof… Le réservoir s’est retourné et évidemment on avait pas fermé l’arrivée d’air… On comprend pourquoi le moteur s’est arrêté et d’où provenait l’odeur… Le temps de remettre le réservoir à l’endroit et de réamorcer, on fait encore un rond dans l’eau et on ramène tout le monde à bon port pour une bière bien méritée!